Cinque terre.

Manarola, 8 mai 2004.

La mer bat le petit port de Manarola ; bientôt sans doute il ne sera plus possible d’accoster, et après quelques tentatives un peu formelles le petit caboteur qui passe deux fois par jour renoncera et reprendra la route de Porto Venere.

Alors ce village des Cinque Terre sera isolé.

Ils sont cinq villages de Ligurie ainsi accessibles seulement par mer, ou à pied en descendant des côtes impraticables aux véhicules terrestres ; cinq villages liés par l’histoire, l’entêtement à survivre dans ces conditions difficiles et par la qualité du vin blanc qu’on tire de leurs vignes ensoleillées. Encore faut-il voir les trésors de courage qu’il a fallu pour stabiliser des terres abruptes, et d’ingéniosité pour y vendanger les grappes dorées !

Comme à Manarola dans ces cinq villages la rue principale – mais il n’y en a pas d’autre – sert à aligner les bateaux ; ils prennent la mer quand elle le permet.

On peut cependant rallier tous ces villages grâce à un sentier côtier d’où les vues sont splendides ; quand la pente est trop raide il laisse place à des escaliers. La partie la plus aisée à parcourir, de Riomaggiore à Manarola, ne fait que trois kilomètres et a été appelée Via dell’amore. Elle est très fréquentée. Il y a beaucoup d’amoureux en Italie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s