Les falaises de Moher.

Moher, août 1993.

Face à l’Amérique où se sont réfugiés tant d’enfants d’Irlande, les falaises de Moher guettent. Elles attendent le retour des Vikings d’Éric, elles surveillent une côte par laquelle jamais l’Anglais n’est venu, elles espèrent que le couchant n’est qu’un abandon temporaire aux ténèbres.

Elles atteignent deux cents mètres de hauteur et résisteront longtemps aux coups de l’océan – mais elles savent aussi qu’à la longue rien ne lui résiste. Pourtant elles opposent aux vagues le front buté des celtes résolus, plus résistants encore quand la difficulté devient un désespoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s