Bantry.

Bantry, août 1993

Située dans une baie profonde entre les péninsules de Beara et de Mizen Head au sud de l’Irlande, Bantry House, précédée de ses jardins à la française, s’est installée entre mer et montagne. La photo est prise du haut du jardin arrière au sommet duquel on accède après avoir gravi cent marches.

C’est un beau manoir ; avec ses fenêtres lumineuses il n’a rien des châteaux obscurs et rudes, souvent ruinés, qui parsèment l’Eire ; quoique construite en briques, sa façade harmonieuse ne déparerait pas un village de la Loire.

Construite en 1700 par un riche Irlandais, la demeure passe aux mains d’un britannique dès 1750 ; elle est restée dans la famille White depuis cette date.

Les changements économiques du XIXème siècle ont abaissé les ressources de la famille, qui dut se séparer de peintures et de mobilier en 1956, puis, comme beaucoup d’autres sites aristocratiques, aménager dans l’aile Est des chambres de B&B.

Mais Bantry présente pour nous un intérêt historique particulier. En 1796 la France décide d’aider les Irlandais à conquérir leur indépendance, et lance une flotte considérable – 50 bâtiments, 15 000 soldats – qui devait toucher terre à Bantry et s’engager contre les troupes anglaises ; hélas ! une tempête formidable dispersa les navires, dont 10 furent perdus et les autres durent rentrer à leur port de Brest.

Voici donc qu’après le désastre de l’Invincible Armada une deuxième fois les rugissements de la mer protégèrent la nation britannique. Décidément, la seule invasion qui réussit fut celle de Guillaume…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s