Tourbière.

Connemara, août 1988.

Une tourbière est un espace végétal vivant, composé essentiellement de sphaignes, plante ligneuse à petites fleurs blanches caractéristiques ; son sol est élastique, spongieux, très humide.

Mais en-dessous de la surface vivante se sont accumulées les couches végétales antérieures, sur une épaisseur de quelques mètres. Le processus a pris environ cinq mille ans, ce qui est peu en termes de géologie, et qui explique que la teneur en carbone combustible soit faible (par rapport au charbon ou même au lignite, par exemple). La tourbe est donc un mauvais aliment du feu, peu calorique, qui produit beaucoup de fumée et de poussière.

Mais dans l’Irlande privée d’arbres c’est un combustible précieux ; il est typique des pubs, où on contemple sa flamme bleu pâle en rêvant. La fumée pique un peu les yeux et l’odeur puissante de son feu rappelle quelque chose. On découvre tout-à-coup que cette odeur, c’est justement celle du whisky irlandais que la tourbe sert à distiller… C’est dire si l’usage de la tourbe est gravé dans l’inconscient populaire.

Pubs et leurs chansons tristes, bûches de tourbe légère pour animer la cheminée, whisky qui fait rêver à un avenir meilleur – non, Dieu n’a pas oublié l’Irlande.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s